Poésie | Sous les arbres

Concentré de femme
Je n’étais pas à ta hauteur
J’aurais pu l’être une fois
Devant ta main tendue
Mais moi je t’ai dit non

Sous les arbres
Nous caressant de leurs frissons

J’ai découvert le mien

Concentré de femme
Toi si immense et si menue
Plus belle vision d’une vie
Fée émouvante aux yeux
Remplis de larmes de verre

Désireuse
De me faire entendre un tonnerre

Que j’étouffais trop bien

Ne savais-tu pas
Que les gens tranquilles
Ressentaient ta foudre
Autrement

Mais qu’ils la désiraient autant

Ce jour-là, petite toi, je t’ai parlé tout bas
T’ai souhaitée près de moi pour le reste de ma vie
Ai parcouru le monde avec toi en pensée
Ai cherché en silence la force de m’avancer

Mais la peur me tenait
Et tu n’en as rien su

Jamais
Jamais rien su

Concentré de femme
Je n’étais pas à ta hauteur
J’aurais pu l’être une fois
Devant ta main tendue
Mais moi je t’ai dit non

Sous les arbres
Nous caressant de leurs frissons

J’ai découvert le mien

2016

Source de l'image : thegraphicsfairy.com