Poésie | Le chasseur

Je ne promènerai pas les yeux
Pour le voir me guetter au loin
Je n’en ressens pas le besoin
Je sais déjà que nous sommes deux

Me donnerai-je un jour le droit
D’attirer à moi le chasseur
Lui laisserai-je enfin la chance
De pouvoir m’atteindre en plein cœur
Car je connais bien mieux que lui
Tous les dédales de cette forêt
Où jadis je disparaissais
De peur qu’on ne bouleverse ma vie

Personnage bien charmant
Que ce grand bipède-là
Me donnerai-je le droit
Lui laisserai-je sa chance

J’en oublierais mon rôle
Pour ce bel humain-là
Sans son arme à l’épaule
Que le cœur sur la main

Peut-être est-ce le mien…

Son histoire, son regard
Sa présence en ces bois…
Un miroir, j’aime le croire
S’est présenté à moi

Un instant à scruter les lieux
Puis l’entrevoir, l’air incertain
Comme il s’engage sur le chemin
Les yeux brillants, les joues en feu

Me donnerai-je un jour le droit
D’attirer à moi le chasseur
Lui laisserai-je enfin la chance
De pouvoir m’atteindre en plein cœur
Car je pressens depuis des nuits
Les rêves et les désirs secrets
Du petit garçon bien discret
Qui se cache derrière l’homme ici

Personnage bien charmant
Que ce grand bipède-là
Me donnerai-je le droit
Lui laisserai-je sa chance

J’en oublierais mon rôle
Pour ce bel humain-là
Sans son arme à l’épaule
Que le cœur sur la main

Peut-être est-ce le mien…

2016

Source de l'image : thegraphicsfairy.com